Le poisson zèbre, ou danio rerio, très utilisé dans les laboratoires

Le GRAAL devrait réhabiliter une cinquantaine de danio rerio avant l’été 2019

Comment et pourquoi le poisson zèbre intéresse-t-il tant les chercheurs? Tout simplement parce que chez ce petit poisson qui se rencontre en Inde, 70% des gènes rencontrés ont un équivalent avec les nôtres. Une caractéristique unique au monde qui fait de cette espèce un intéressant sujet d’étude pour les maladies génétiques mais pas seulement.

Taille adulte : de 4 à 5 cm. Teintes vives, métalliques et brillantes. Cinq bandes bleues acier longitudinales ornent le corps sur toute sa longueur. Le mâle est élancé, la femelle beaucoup plus arrondie. Les rayures horizontales du mâle tirent sur le jaune ; celles de la femelle sont plutôt blanchâtres. Le poisson zèbre est aussi surnommé poisson pyjama.

Ses excellentes capacités reproductives (ponte en abondance toute l’année), et les conditions d’élevage peu compliquées, en facilitent l’utilisation. Il est couramment utilisé en aquariophilie et en laboratoire où il sert d’organisme modèle.

Les embryons du poisson zèbre, transparents et se développant en dehors de la mère dans les oeufs qui sont nombreux, ont fait du poisson zèbre un outil puissant pour l’étude du développement des poissons, et par extension, celui des vertébrés. De plus, une particularité de ce petit poisson est sa capacité à réparer des organes importants. Le coeur de notre cousin vertébré, le Poisson-Zèbre (Danio rerio), est sous bien des aspects similaire au nôtre. Mais, contrairement à celui-ci, il guérit rapidement de larges blessures en régénérant un coeur fonctionnel.

Aujourd’hui, la communauté scientifique l’utilise aussi pour mieux comprendre les mécanismes cellulaires fondamentaux qui s’opèrent lors de la propagation de certaines maladies, telles que le cancer.

En raison de cette similitude, les chercheurs estiment qu’étudier les gènes du poisson améliorerait considérablement notre connaissance de la biologie humaine. Ils répertorient donc toutes les mutations génétiques observées chez les poissons dans une immense base de données accessible à tout le corps scientifique.

Article à découvrir en intégralité sur le site https://www.vetofish.com/actu/poisson-zebre-organisme-modele-recherche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *